Démission de l’Honorable Niamé Keita du RPM : Le pouvoir brandit la menace d’une poursuite si le député tente de rejoindre l’opposition

À quelques mois de l’élection présidentielle de 2018, la démission du député Niamé Keita du parti présidentiel RPM a fait l’effet d’une bombe, la panique s’installé dans le camp du pouvoir, une armée d’émissaires s’activent, discrètement, pour faire changer d’avis le député. En vain. La hantise du pouvoir est de voir Niamé Keita débarquer dans l’opposition. Les barons du régime ont informé les proches du général qu’ils remettront le rapport de l’inspection sur la mutuelle de la police (quand Niamé était le Directeur général) à la justice pour enquête immédiate.

Selon le journal ‘’Africa Kibaru’’, le nouveau premier ministre Boubèye Maïga, a d’ailleurs reçu le mardi 9 janvier trois personnes pour qu’elles suivent Niamé Keita, afin de remonter les informations sur les moindres faits et gestes de ce dernier. Il leur a donné une enveloppe à la fin de la rencontre. Des agents de renseignement sont également déployés pour infiltrer l’entourage du général.

La multiplication des défections, à quelques mois de la présidentielle, est le signe manifeste de l’implosion de la majorité présidentielle, prélude d’une fin de règne du pouvoir IBK.

Niamé Keita se barricade chez lui et refuse tout contact avec les émissaires du pouvoir

Depuis le départ du député Niamé Keita du RPM, le bureau politique national du parti a envoyé plusieurs missions de bon office avec des personnalités du RPM pour tenter de faire changer d’avis Niamé Keita. Ainsi, à en croire le journal ‘’Africa Kibaru’’,  une première mission composée des députés Moussa Timbiné et Yacouba Traoré ont essayé d’approcher, sans succès, le député démissionnaire. Et le journal d’ajouter : « Le président de l’Assemblée Nationale et le Haut conseil islamique multiplient les initiatives pour une médiation. L’imam de la mosquée où le président fait sa prière a aussi tenté d’approcher le député, sans succès. Niamé Keita reste injoignable ».

Selon ses proches, le député estime que ‘’seuls les imbéciles ne savent pas’’ que c’est la fin du régime IBK. Pour lui, le président IBK et le RPM ont trahi la confiance des Maliens par leur amateurisme, le manque de programmes, la corruption et le népotisme. Le dernier remaniement ministériel a été le facteur déclencheur de la démission du député.

Et le journal ‘’Africa Kibaru’’ de préciser : « Niamé Keita a ordonné aux gardiens de sa résidence à Kalabambougou de refuser l’accès de sa maison à toutes personnes étrangères et même au président IBK. Depuis sa démission ses gardiens son armés de fusils de chasse Baikal double canon. Il a beaucoup limité ses déplacements et ne répond que très rarement au téléphone ».

Source: Le Nouveau Réveil

Faire un commentaire